product
room

Délestage


1000.00 FCFA


($2.00)

Availability:In stock

Quick overview
Alors, en vrai souverain qui ne cessait de caresser le peuple avec les promesses démagogiques, il devint visiblement un véritable loup. Avec la hache, il tuait une mouche, avec des clous, il poinçonnait le peuple contre le bois : «Verges, bûches enflammées, tout ce qui lui tombait sous la main servait au châtiment » pour bafouer les droits.

Number of pages: 184

Downloaded: 0 times

Type:
Qty:
Ce matin, le soleil qui avait fait son ascension dans le ciel s’approchait déjà victorieusement du couchant pour marquer un jour de plus. Mais depuis quelques années, du crépuscule matinal au crépuscule vespéral, King et Julie, en marche, continuaient de s’interroger sur leur sort et sur la destinée de Lokabipangou, territoire situé au coeur de Bissantougou. La marche a été longue et les pérégrinations ne se comptaient plus. Dans leur quête, ces deux âmes en marche ont traversé buissons, bûches enflammées, charbons ardents, épines... Leurs pieds ensanglantés sont à présent lourds d’abcès, d’enflures de panaris, mais le bout du tunnel semblait encore loin. Inutile de préciser que la douleur triturait leurs corps et qu’à leur image, la souffrance lacérait les coeurs des Lokabipangais de Bissantougou. Mais ni la fatigue, ni l’inquiétude,
9
ni la peur, ni le pessimisme ne réussirent guère à pousser ni King et Julie, ni les Lokabipangais au renoncement. « Les êtres ordinaires oeuvrent pour leur bonheur mais les êtres accomplis oeuvrent pour le bonheur des autres. », disait Bouddha. Car ainsi leur propre bonheur s’accroît. Les êtres accomplis pensent, réfléchissent et trouvent donc ce qui fait le progrès de tous… C’est ainsi que King, Julie et tous les Lokabipangais qui avaient foi en cette lutte commune comprirent la vie. Et ils continuaient leur course vers le but fixé, bon gré mal gré, associant douleur physique à la détresse morale, mais ostensiblement déterminés, en combattant le bon combat pour leur vie, leur accomplissement et l’avenir des générations futures de Lokabipangou.
Un jour, ce jour sans nom parce que ne pouvant pas être nommé, le coup partit avec un éclair jaillissant. Soudain, toute la terre fut prise de psychose. Le sceau indélébile de ce coup d’Etat au lendemain du passage du colon blanc avait renforcé le malaise socio-politique déjà existant à Lokabipangou. Au fond de l’abîme, le fossé se creusa davantage entre ethnies. La violence accrue fut le signe manifeste du pouvoir de Sam. L’Empereur et son entourage avaient du mal à entrer dans la nouvelle danse rythmée par le violon du
10
Délestage
«vent démocratique». Alors, en vrai souverain qui ne cessait de caresser le peuple avec les promesses démagogiques, il devint visiblement un véritable loup. Avec la hache, il tuait une mouche, avec des clous, il poinçonnait le peuple contre le bois : «Verges, bûches enflammées, tout ce qui lui tombait sous la main servait au châtiment » pour bafouer les droits. Les vagues fracassantes de tourments multiples créés par son gouvernement déferlaient dans le coeur du peuple assoiffé comme de lourdes masses de criquets ravageurs qui s’abattaient sur les vastes champs de céréales qu’ils raclaient sans vergogne en laissant le malaise chez les paysans après leur passage. Mais pour le moment, le souverain, lui, ne passait pas. Il était là comme un vieux baobab aux racines armées et avec lui, les tourments omniprésents pour le peuple en quête de liberté.

0 Reviews Délestage

Not available

Most purchased products